Pas ou plus envie de travailler, comment faire ?

La pression de vos supérieurs hiérarchiques, le stress provoqué par la charge de travail qui s’accumule, les nuits courtes et parfois sans sommeil, le désintérêt total vis-à-vis de votre emploi… Votre situation actuelle n’est pas au beau fixe et vous en souffrez. Tout ceci mis bout à bout, vous êtes complètement démotivé et vous vous dites “je n’arrive plus à travailler”. Le mal-être au travail est malheureusement de plus en plus fréquent et peut toucher tout le monde, toute catégorie professionnelle confondue.

Pour mieux appréhender cette situation inconfortable, ASENSILE revient sur les signes avant-coureurs de l’épuisement professionnel et sur 5 actions pour en venir à bout.

Je n’arrive plus à travailler :
des symptômes qui ne trompent pas

Vous êtes fatigué. Moralement d’une part, car votre cerveau ne peut plus encaisser. Vous en faites le minimum, lentement, ou vous remettez vos tâches au lendemain (ce qui n’était pourtant pas votre habitude). Vous avez envie d’être seul. Même les collègues avec qui vous passez de bons moments n’arrivent plus à vous réconforter. Psychologiquement, vous êtes plus sensible et irritable qu’à l’accoutumée, même dans votre cercle privé.

Physiquement, votre fatigue se ressent aussi. Elle s’exprime à travers des maux de tête plus fréquents, des nausées ou bien des douleurs dans votre corps.

Bien sûr, cela arrive à tout le monde d’avoir des passages à vide. Mais vous constatez que ces symptômes perdurent depuis longtemps. Au-delà de ça, vous avez surtout identifié que votre mal-être avait pour origine votre travail. Reste maintenant à savoir quelle forme d’épuisement vous touche.

Le personnel soignant est fréquemment touché par le ras-le-bol au travail. On voit ici un homme en tenue de travail avec une blouse assis sur un banc, les yeux fermés et le corps relâché contre le mur. Il a l'air fatigué.

Les différents mal-être au travail

Burn-out

Depuis plusieurs années désormais, le burn-out fait parler de lui. Ce n’est qu’en mai 2019 qu’il est reconnu comme maladie professionnelle par l’OMS. Ce syndrome d’épuisement professionnel se caractérise par un sentiment de fatigue extrême et permanent qui résulte d’un état de stress chronique dans le cadre du travail. À cela peuvent s’ajouter d’autres manifestations physiques, émotionnelles ou comportementales, un degré de cynisme inhabituel et un profond manque d’entrain. 

Certaines personnes sont plus fortement exposées à un risque de burn-out, notamment en cas : 

  • de charge trop élevée de travail avec des objectifs inatteignables ;
  • d’insécurité de l’emploi ;
  • de relations conflictuelles sur le lieu de travail ;
  • d’implication émotionnelle trop forte.


Le personnel soignant est particulièrement touché par cette affliction. Une étude réalisée auprès de 400 médecins et infirmiers dans 10 pays en 2021 montre qu’en France, 7 soignants sur 10 souffrent de burn-out. Il est aussi important de souligner que 98 % des interrogés ont déclaré avoir ressenti les symptômes du burn-out à un moment ou un autre de leur carrière.

Bore-out

Le verbe to bore en anglais signifie “ennuyer”. Quand on se dit “je n’arrive plus à travailler”, cela peut aussi être l’expression d’un désintérêt total pour son activité ou bien la conséquence d’une sous-charge de travail. Si vous gagnez chaque jour votre bureau à reculons, que vous passez chaque minute à scruter la montre et que vous vous repliez progressivement sur vous-même, vous pourriez alors en être victime.

Certains s’accommodent tout à fait de l’ennui et ne souffrent donc pas de bore-out. Cependant, si vous vous sentez honteux de ne rien faire au travail et que vous ne vous reconnaissez pas dans ce mode de vie, alors il est temps de remettre les choses à leurs places.

Femme assise à un bureau avec un ordinateur portable fermé devant elle. Elle baille, a les yeux fermé et une main devant sa bouche. Elle s'ennuie au travail.

Brown-out

Il s’agit du troisième type d’épuisement professionnel identifié et il se caractérise par la perte de sens au travail. Ce mal-être repose principalement sur un manque d’énergie et est plus difficile à mettre en lumière car il a des symptômes similaires au burn-out et au bore-out. Les personnes qui en souffrent ont opéré une “démission intérieure” et ne tirent aucune satisfaction de leur emploi.

Le brown-out toucherait majoritairement les cadres et ceux qui effectuent des bullshit jobs, des “métiers à la con” en bon français. Si vous remettez en question vos valeurs vis-à-vis de votre emploi, que vous ne tirez aucun plaisir à faire votre travail et que vous avez le sentiment qu’il ne sert à rien ni à personne, attention au brown-out qui vous guette.

5 choses à faire pour mettre fin à cet état “je n’arrive plus à travailler”

1. Identifier la source de son mal-être

Il peut parfois être difficile de distinguer une forte fatigue passagère, d’une dépression ou d’un syndrome d’épuisement professionnel. 

Si vous êtes conscients que votre état n’est pas habituel et que vous admettez que quelque chose ne va pas, vous avez déjà fait une bonne partie du chemin. Le tout désormais reste d’identifier votre souffrance et d’accepter votre état pour mieux rebondir. En effet, le déni est votre pire ennemi. 

2. En parler à ses proches ou à des personnes compétentes

Vous pouvez d’abord en parler à votre entourage proche. Conjoint, frères et sœurs, meilleurs amis : toute oreille attentive et de confiance est bonne à prendre. Vous pouvez cependant être réticent à en parler à des personnes qui vous connaissent bien, par peur du jugement par exemple. Dans ce cas, orientez-vous vers des personnes compétentes comme votre médecin généraliste. Le cas échéant, il pourra vous remettre un arrêt de travail afin de préserver votre santé mentale et physique.

Le coaching professionnel est aussi une option pour surmonter cette situation. Objectif et impartial, le coach vous aide à démêler les situations difficiles et à y trouver des solutions réalisables.

Deux femmes assises sur un canapé qui discutent. L'une d'entre elle a besoin de discuter avec une proche car elle ne se sent pas bien dans son travail.

3. Prendre du recul sur sa situation

Il est important de ne pas prendre de décision hâtive. Vous devez vous poser des questions fondamentales et y trouver, dans la mesure du possible, des réponses : 

  • Quels sont les événements ou les situations qui m’ont rendu malade ? 
  • De quoi ai-je besoin au quotidien pour me sentir bien ?
  • Quelles sont les choses ou qui sont les personnes qui me font souffrir dans mon travail ?
  • Quelles sont les valeurs qui ont de l’importance pour moi ? Mon entreprise a-t-elle les mêmes ?

 

Prenez du temps pour repenser vos attentes professionnelles et vérifier votre compatibilité avec votre employeur. Si vous sentez que vous avez atteint un point de non-retour, il serait plus judicieux (pour votre santé) de mettre fin à votre contrat de travail.

4. Envisager un changement professionnel

Nous sommes en 2023, et de nos jours, il est rare de faire carrière toute sa vie dans la même société ou au même poste ! Bien sûr, changer de métier, quitter un CDI pour se reconvertir fait peur, encore plus selon sa situation familiale ou financière. Mais après un épisode de burn-out ou tout autre type d’épuisement professionnel, il est important que vous vous concentriez sur vous. 

La reconversion professionnelle est souvent la solution privilégiée par les personnes qui ont souffert lors de précédentes expériences professionnelles.

Femme blonde sur fond bleu avec un pull orange. Elle a une main sous son visage et a un air interrogateur.

5. Faire un bilan de compétences

Quand vous aurez mis les choses à plat et que vous serez prêt à accueillir un changement de vie, pensez au bilan de compétences. Vous pouvez tout à fait avoir envie de renouveau sans pour autant savoir ce qui est fait pour vous. À l’aide d’un consultant, vous allez, étape par étape, apprendre à vous connaître, identifier vos compétences et vos motivations. À la fin de ce parcours introspectif, vous aurez un plan d’action défini pour vous aider à aller de l’avant. 

Cette action de formation est finançable par votre CPF et accessible à tous, salariés, fonctionnaires ou demandeurs d’emploi. 

ASENSILE vous accompagne dans la réalisation de votre bilan de compétences en présentiel ou à distance. Découvrez nos agences et contactez-nous dès à présent pour redonner du sens à votre vie professionnelle. Quel que soit le mal dont vous souffrez, nous faisons tout notre possible pour que vous n’ayez plus jamais à dire “je n’arrive plus à travailler” !